search.jpg

RAPPORT "LES REFORMES DES MARCHES DU TRAVAIL EN EUROPE" - TELECHARGEZ LE RAPPORT ET LA SYNTHESE.

Le Conseil d’orientation pour l’emploi a adopté un rapport consacré aux réformes du marché du travail en Europe depuis la crise.

Ce rapport constitue à ce jour le seul document analysant de façon globale le mouvement de réformes qui s’est accéléré avec la crise dans les pays européens.

Il se fonde notamment sur une analyse approfondie des réformes conduites dans dix pays : Allemagne, Autriche, Danemark, Espagne, Irlande, Italie, Pays-Bas, Portugal, Royaume-Uni et Suède.

Pour ce rapport, le Conseil a choisi d’auditionner en priorité des experts ressortissant des pays sous revue et a veillé, dans la mesure du possible, à entendre pour chaque pays, un juriste et un économiste pour garantir une diversité d’analyses. Il a choisi d’auditionner des personnalités connues, plus pour la rigueur de leurs analyses que pour leur parti pris.

Il s’est également appuyé sur les représentants des différents pays, tant dans les services économiques et sociaux des ambassades étrangères à Paris qu’auprès, parfois, des administrations nationales. Il a en outre bénéficié de l’éclairage et des analyses des conseillers sociaux et des services économiques dans les dix ambassades françaises dans les pays concernés, qui ont bien voulu répondre à un questionnaire adressé par le Conseil.

« Aujourd’hui, nos économies sont interconnectées, et cela d’autant plus dans une zone monétaire intégrée où le taux de change ne corrige pas des écarts de compétitivité. Il est impératif de regarder ce qui se fait dans les autres pays, tout en tenant compte de la spécificité de chacun » explique Marie-Claire Carrère-Gée, Présidente du COE.

Le rapport identifie d’abord les orientations communes des réformes mises en oeuvre en Europe ces dernières années : assouplissement du droit du contrat de travail, marquée pour les emplois permanents, moins nette pour les emplois temporaires ou atypiques ; décentralisation de la négociation collective et assouplissement des mécanismes de flexibilité interne ; recherche de modération salariale et de baisse du coût du travail, mise en place ou la refonte récentes du salaire minimum national dans certains pays ; réforme des règles des régimes d’assurance chômage et d’assistance pour les rendre plus incitatifs au retour à l’emploi et souvent accessibles à un plus grand nombre ; accent mis sur les gains d’efficacité au sein des services publics de l’emploi et la dynamisation des politiques actives du marché du travail.

Le rapport cherche aussi à apprécier les premiers effets des réformes. « Avoir plus de souplesse, réduire les coûts : ces évolutions ne datent pas de la crise. Les pays qui avaient réformé avant la crise ont été moins touchés et s’en sortent beaucoup mieux. » « Dans les pays du Sud, les réformes ont été profondes mais sont encore très récentes : il est difficile d’isoler leur impact propre. Dans ces pays, le taux de chômage s’améliore, d’abord en raison de la croissance, mais reste très élevé. En agissant sur les salaires, ces pays sont amélioré leur compétitivité », indique Marie-Claire Carrère-Gée

Le rapport examine enfin d’autres conséquences potentielles des réformes. « La pauvreté au travail et la pauvreté tout court ont augmenté en Europe. Si cela résulte naturellement de la crise, on peut aussi y voir l’impact de certaines réformes. Des pays comme l’Allemagne ou le Royaume-Uni, qui ont résolu leur problème d’emploi, commencent à augmenter les salaires. »

Le rapport comprend un premier tome, consacré à l’analyse globale des réformes, et un tome 2 rassemblant dix monographies consacrées aux pays étudiés.

 

documents