search.jpg

Espace presse




Adoption du rapport « L’impact d’internet sur le fonctionnement du marché du travail »

Le numérique a profondément bouleversé nos sociétés. Le marché du travail n’est pas resté à l’écart : on peut dire qu’il existe aujourd’hui un « marché du travail en ligne » et les outils numériques sont de plus en plus utilisés pour le recrutement. Pourtant, cette évolution n’a été que peu analysée et son impact sur la qualité du fonctionnement du marché du travail peu étudié. Le Conseil d’orientation pour l’emploi a donc jugé nécessaire de se saisir de ce sujet et d’en clarifier les enjeux.

Dans ce rapport, le Conseil dresse d’abord un panorama du marché du travail en ligne : les acteurs de l’emploi et du recrutement en ligne se sont multipliés et diversifiés (job boards, agrégateurs, réseaux sociaux, sites de e-cooptation, sites de notation d’entreprises, plateformes de travail à la tâche etc.).

Le rapport du Conseil montre ensuite que les acteurs du marché du travail s’approprient l’ensemble de ces outils, dans une logique de fluidification et de transparence. « Chercheurs d’emploi et recruteurs adaptent progressivement leurs comportements et stratégies. Leurs pratiques changent très vite », explique Marie-Claire Carrère-Gée, présidente du Conseil d’Orientation pour l’Emploi.

Le rapport décrit ainsi la manière dont Pôle Emploi a développé son usage des technologies numériques, dans un contexte où un nombre croissant d’acteurs privés diffusent un grand volume d’offres d’emploi et assurent une fonction d’intermédiation. Outre une démarche partenariale destinée à coordonner l’ensemble de ces initiatives, l’opérateur public a développé une stratégie numérique pour améliorer le service offert aux demandeurs d’emploi et aux entreprises.

Le rapport du Conseil fait également le point sur l’adaptation du cadre juridique à la situation actuelle du marché du travail sur internet, tant en ce qui concerne le droit applicable aux offres d’emploi et au recrutement que la protection des données personnelles.

Plus d’information, plus de transparence, plus de dynamisme grâce à internet, le marché du travail pourrait mieux fonctionner et être mieux connu

Surtout, le rapport entend mieux appréhender les effets de l’utilisation du numérique sur le fonctionnement du marché du travail.

Il montre qu’en facilitant l’accès à l’information, en augmentant de manière considérable la quantité d’informations en circulation et en desserrant les contraintes de temps et d’espace, internet et les technologies du numérique sont susceptibles de favoriser le « matching » et d’avoir un impact positif sur le marché du travail. « L’espoir est que chaque candidat puisse trouver plus facilement l’emploi qui lui convient le mieux et que chaque recruteur puisse, lui aussi plus facilement, trouver le meilleur candidat », souligne Marie-Claire Carrère-Gée.

Des études faites aux Etats-Unis montrent d’ailleurs que les personnes qui cherchent du travail sur internet en complément des moyens de recherche traditionnels trouvent désormais plus vite que celles qui cherchent hors ligne.

A terme, grâce à l’exploitation des nombreuses données sur le marché du travail et des mises en relation facilitées, internet devrait également favoriser la réduction du nombre d’emplois vacants, difficiles à pourvoir.

Enfin, « internet permettra aux pouvoir publics d’avoir une bien meilleure connaissance du marché du travail qu’aujourd’hui et donc de définir des politiques de l’emploi mieux adaptées. » Il faut toutefois tenir compte du fait qu’en dépit d’indiscutables progrès, internet n’a pas rendu le marché du travail totalement transparent. Tous les recrutements ne font pas l’objet d’une offre et une partie du marché reste cachée. Les offres d’emploi ont gagné en précision, mais la majorité d’entre elles ne comporte aucune indication sur la rémunération. Et l’information sur les emplois offerts et les entreprises comme sur le profil ou l’expérience des candidats n’est pas toujours sincère, même si de nouveaux outils permettent d’en vérifier plus facilement la fiabilité.

Des enjeux liés à l’accentuation de la concurrence sur le marché du travail, des enjeux de segmentation aussi

Par ailleurs, l’un des principaux apports d’internet est d’avoir élargi le marché du travail en permettant aux actifs, qu’ils soient ou non à la recherche d’un emploi, d’exposer leurs parcours et leurs compétences sur les réseaux sociaux, accentuant ainsi la concurrence entre salariés en poste et demandeurs d’emploi. « C’est très positif, car le marché du travail est plus large et plus dynamique mais, dans une période où le rythme de créations d’emploi est ralenti, une concurrence accrue entre salariés en poste et demandeurs d’emploi peut accentuer les difficultés des chômeurs de longue durée » explique Marie-Claire Carrère-Gée.

De plus, la diffusion, le contrôle, l’échange et le traitement de l’information deviennent des enjeux majeurs.

Du côté des candidats, la démultiplication de l’information peut entraîner un manque de lisibilité de l’ensemble des opportunités d’emploi existantes, renforcé par la persistance d’offres qui ne sont plus valides. Si la diffusion du numérique s’est généralisée, il existe des disparités d’équipement et de maîtrise des techniques et des « codes » du marché du travail en ligne entre les demandeurs d’emplois. Pour les personnes les moins qualifiées, l’enjeu de l’adaptation à l’outil numérique est considérable.

Des telles segmentations existent également entre les grandes entreprises et les petites, qu’il s’agisse du degré d’utilisation d’internet pour le processus de recrutement ou du recours, plutôt par les grandes entreprises, à des outils automatisés de gestion et de tri des candidatures. Le recours à ces outils automatisés crée enfin des enjeux de transparence des processus de recrutement, avec une information des candidats qui n’est pas toujours au rendez-vous et des risques de formalisation excessive des premières étapes de la sélection, avec le renforcement d’un certain « conformisme » des recrutements.

Optimiser l’utilisation d’internet

Le COE a identifié plusieurs pistes d’optimisation d’internet pour améliorer le fonctionnement marché du travail et répondre aux attentes et aux besoins de tous ses acteurs. Ces pistes sont organisées autour de plusieurs axes :

- Encourager une meilleure coopération entre les opérateurs privés et les administrations chargées de la statistique publique et des politiques de l’emploi, afin de mieux exploiter la mine d’informations sur le marché du travail présente sur internet ;
- Renforcer la diversité des compétences disponibles au sein des administrations publiques ;
- Améliorer la qualité des offres d’emploi, lutter contre les stéréotypes et d’éventuelles discriminations ;
- Améliorer encore les référentiels de métiers et de compétences ainsi que leur utilisation, afin qu’ils deviennent un outil plutôt qu’une contrainte pour les demandeurs d’emploi et les employeurs ;
- Améliorer encore le volume d’offres et de CV disponibles sur le site de Pôle emploi ;
- Optimiser l’utilisation d’internet pour réduire le nombre d’emplois durablement vacants ;
- Réduire les inégalités et segmentations sur le marché du travail en ligne ;
- Améliorer la protection des données personnelles, la transparence et la neutralité du marché du travail en ligne ;
- Améliorer la connaissance de l’impact d’internet sur le fonctionnement du marché du travail.

 

documents