search.jpg

Communiqué de Marie-Claire Carrère-Gée : adoption du rapport "Propositions en faveur de l’emploi : bilan et actualisation"

 

Le 21 octobre 2009

Communiqué de Marie-Claire Carrère-Gée

Présidente du COE

 

Le COE vient d’adopter de nouvelles propositions et recommandations en faveur de l’emploi.

Au regard de l’évolution de la situation de l’emploi et notamment de l’emploi des jeunes, le Conseil d’Orientation pour l’Emploi vient d’adopter de nouvelles propositions.

Des signes de reprise commencent à se manifester, mais le marché du travail reste profondément affecté par la crise. A ce stade, le Conseil estime important de procéder à un point d’étape sur la mise en œuvre des principales orientations qu’il avait adoptées le 19 mai dernier et de formuler des recommandations et de nouvelles propositions destinées à poursuivre l’effort entrepris.

 

Au vu de ce qui a été entrepris par l’Etat et les partenaires sociaux, le Conseil émet ou réitère quelques propositions de méthode :

-Améliorer la gouvernance des dispositifs mis en place afin d’accélérer leur mise en œuvre

-Privilégier l’efficacité immédiate des dispositifs mis en place, quitte à affiner ou à restreindre dans un second temps seulement leur champ d’application

-Améliorer l’information des bénéficiaires potentiels des aides sur les dispositifs mis en place.

 

Le Conseil rappelle la nécessité d’agir pour renforcer l’efficacité et la cohérence des actions de revitalisation des territoires :

 Des décisions immédiates peuvent être prises sans attendre les conclusions des discussions engagées par les partenaires sociaux sur cette question. Ainsi, il conviendrait :

 -D’inviter les préfets à veiller à une stricte application des dispositions légales existantes ;

-De consacrer intégralement à la revitalisation des bassins d’emploi les sommes récoltées par l’Etat et versées au Trésor public dans le cadre l’obligation de revitalisation ;

-De mutualiser au niveau d’un bassin d’activité les fonds issus de l’obligation de revitalisation ;

-De toujours proposer aux Régions de s’associer, y compris financièrement, aux conventions Etat-entreprises en matière de revitalisation des territoires.

  

Le Conseil formule plusieurs propositions nouvelles :

 -Porter une attention particulière aux personnes les plus vulnérables sur le marché du travail. Le Conseil formule ainsi plusieurs propositions en faveur des salariés qui ne disposent pas des savoirs de base et des salariés enfermés dans des parcours professionnels alternant contrats précaires et chômage.

 -Améliorer l’emploi et la qualification des jeunes avec un contrat « passerelle qualifiant » dans les collectivités locales. Après les « contrats passerelle », ce contrat marquerait une réelle évolution par le haut des contrats aidés pour les jeunes, puisqu’il dépasserait leur vocation principalement sociale en associant un emploi et une formation qualifiante. Et cela dans tous les domaines : petite enfance, environnement, transports, voirie, accompagnement des personnes âgées…etc. Ce contrat constituerait un véritable passeport pour l’emploi qualifié en entreprise.

 -Donner enfin à des jeunes résidant dans les zones urbaines sensibles les moyens pratiques de décrocher un contrat de travail ou une formation en alternance. Bien souvent, prendre un emploi ou tout simplement vouloir se former, cela exige de déménager, ce que beaucoup de jeunes dans cette situation particulière ne peuvent pas se permettre. Le 1% logement pourrait participer à la prise en charge des frais de déménagement et/ou de logement.

 -Permettre aux PME de faire face à la crise en élargissant les compétences du Médiateur du crédit au crédit inter-entreprise.

 -Porter une attention toute particulière aux régions et départements durement frappés par la crise, en fixant pour ces territoires des objectifs spécifiques de la politique de l’emploi et en vérifiant leur impact.

 -Sortir enfin du débat sur la conditionnalité des aides publiques aux entreprises en instituant une obligation spécifique de revitalisation à la charge d’entreprises dont le comportement pourrait s’apparenter à celui de « chasseurs de primes ».

 -Donner à Pôle emploi les outils nécessaires pour mieux accomplir sa mission.

 -Réfléchir dès maintenant aux décisions qui devront être prises en faveur des demandeurs d’emploi en fin de droits.

 

Pour consulter le rapport, cliquer ici.