search.jpg

Communiqué de Marie-Claire Carrère-Gée, Présidente du Conseil d’Orientation pour l’Emploi, suite à la signature par les partenaires sociaux d’un accord relatif à l’emploi des jeunes.

 

 

Marie-Claire CARRERE-GEE, présidente du Conseil d’orientation pour l’emploi, se félicite que les premières décisions des partenaires sociaux sur l’emploi des jeunes s’inscrivent dans les orientations retenues par le COE dans son diagnostic sur l’emploi des jeunes adopté il y a quelques semaines.

Dans ce diagnostic adopté en février dernier, le COE a mis en évidence que le chômage se concentre sur deux catégories de jeunes.

Une première grande catégorie a un problème lié à la formation initiale et à l’orientation. Il s’agit des jeunes qui ont, soit quitté les études trop tôt, sans diplôme ni qualification ; soit échoué dans leurs études supérieures et n’ont d’autre diplôme qu’un bac général ; soit enfin de jeunes « mal-diplômés », dont le diplôme ne correspond pas aux besoins du marché du travail.

La seconde grande catégorie rassemble des jeunes victimes de discriminations à l’embauche en raison de l’origine ethnique, sociale ou géographique ou encore d’un handicap physique.

Les décisions qui viennent d’être prises par les partenaires sociaux ciblent précisément la première catégorie de jeunes. Marie-Claire CARRERE-GEE souligne la pertinence de ce ciblage, tant du point de vue de l’efficacité des politiques de l’emploi que dans un souci de bonne gestion des finances publiques.

L’accord prévoit également des actions de lutte contre l’illettrisme, dont le COE avait souligné l’urgence dans son rapport de novembre 2010 « Illettrisme et emploi ». Le COE avait en effet rappelé qu’aujourd’hui encore, de nombreux jeunes sortent chaque année de formation initiale sans maîtriser les connaissances de base (lire, écrire, compter).

La présidente du COE se réjouit que les travaux du Conseil aient ainsi utilement contribué aux discussions des partenaires sociaux.

Marie-Claire CARRERE-GEE appelle enfin l’Etat comme les partenaires sociaux à déployer également des efforts de grande ampleur sur les jeunes susceptibles d’être victimes de discriminations, qui constituent la seconde grande catégorie de jeunes en difficulté d’insertion sur le marché du travail.